vendredi 4 juillet 2014

Les fondements historiques de l’organisation territoriale du Grand Sud de Madagascar




  Vu de l’extérieur, le Grand Sud malgache, prisonnier des images créées par les tour-opérateurs, apparaît souvent comme un désert de sable et de roc, bordé par des lagons aux eaux émeraude, irrégulièrement ponctué de rares bourgs et villages poussiéreux. C’est inexact, bien entendu. Ce vaste espace a la particularité d'avoir en grande partie échappé à l'emprise merina au XIXe siècle mais il est en fait structuré par une solide trame administrative sous-tendue par un réseau de bourgs créés en partie aux débuts de la colonisation française. L’ouverture  au début du XXe siècle de voies carrossables et la création de postes militaires par Lyautey dans des secteurs peuplés, mis en valeur au cours des siècles précédents, ont joué un rôle important dans l’organisation de l’espace, sans qu’il y ait de schéma reproductible partout. Les successeurs civils de Lyautey n’ont apporté de changements au modèle initial qu’en prenant en compte localement des bouleversements démographiques et économiques. L’Etat malgache après l'indépendance de 1959 a presque toujours validé les choix des premiers administrateurs coloniaux. Contrairement à une idée répandue, ces derniers n’ont pas construit ex nihilo mais au contraire en analysant, avec plus ou moins de discernement, les situations préexistantes. La mise en place de l’organisation territoriale se présente donc comme suivant une dynamique plutôt linéaire, une sorte de continuum marqué par d’indispensables réajustements permettant d’intégrer de nouveaux phénomènes comme les activités minières.
 
Mots clés : géographie historique, occupation de l’espace, développement urbain, campagnes, administration militaire, infrastructure


Des axes de communication parcourus par des charrettes : une révolution au début du XXe siècle
(Photo JMLebigre)

Référence :
Lebigre, J.-M., 2014.- Les fondements historiques de l’organisation territoriale du Grand Sud de Madagascar. in : Charlery de La Masselière B., Calas B. (dir.),  A la croisée du transect. De la montagne à la ville. Eloge d'une géographie tropicale traversière. Toulouse et Bordeaux, Presses Universitaires du Mirail / Presses Universitaires de Bordeaux : 287-300. 

Pour commander l'ouvrage



2 commentaires:

  1. Merci pour cet excellent article que je recommande aux éventuels lecteurs de la page historique du site Bara, via le lien "complément historique" :
    https://sites.google.com/site/barademadagascar/histoire/royaumes
    Veloma

    RépondreSupprimer
  2. Merci. Selon les stats, une partie non négligeable des lecteurs de Tatsimo vient du site Bara : 161 pages sur 6200.

    RépondreSupprimer