mercredi 12 février 2014

Les inscriptions rupestres d'Ampasimaiky (Isalo), une découverte extraordinaire

Il est parfois des découvertes stupéfiantes qui passent presque inaperçues. C'est le cas des conclusions découlant de l'étude des peintures rupestres d'Ampasimaiky dans l'Isalo : elles apparaissent comme une des plus grandes découvertes scientifiques touchant l'histoire de Madagascar. Le lieu, faly, appartient à la famille royale bara des Zafimanely. C'est un site funéraire. La grotte semble encore servir à abriter des bovins.
Un article de Rasolodraindry Tanambelo, du Centre de recherche et de documentation sur l'art et la tradition orale de Madagascar, publié dans Studies in the African Past tend à démontrer que les inscriptions monochromes et polychromes (noir, blanc, rouge, rouge bordeaux, orange rougeâtre) trouvées il y a déjà longtemps (photographies de Jacques Faublée datant de 1939) sur les parois d'un abri-sous-roche façonné dans les grès de l'Isalo, se rattachent à celles qui sont qualifiées de libyco-berbères. Ces dernières ont été relevées dans la partie septentrionale de l'Afrique (notamment au Sahara) et aux Canaries. Les premières d'entre elles dateraient de 500 ans avant JC, les dernières de l'an 800 de notre ère. Pour l'auteur, il n'y a aucune doute possible, les peintures rupestres de l'Isalo sont de la même époque et relèvent en partie d'une véritable écriture. Il tente d'en faire la démonstration. Cette période qui va de 500 BC à 800 est encore très mal connue à l'échelle de Madagascar. On sait cependant depuis 2005 que des traces de découpes d'origine humaine et datées de 2 325 ans BP ont été trouvées sur des os de lémuriens géants à Taolambiby dans la vallée de l'Onilahy. La connaissance proto-historique de Madagascar vient sans doute de faire en quelques années un pas de géant. Il serait cependant indispensable que de grands noms de l'archéologie valident cette découverte assez individualiste, ce qui ne semble pas être encore le cas.
En ce qui nous concerne, il nous semble intéressant de faire un lien avec les dessins des tatouages bara anciens. La question n'est plus incongrue : y aurait-t-il eu une relation entre les anciennes sociétés pastorales sahariennes et les précurseurs des Bara ?

Référence :

       La version française de l'article (excellente idée), relue un peu trop rapidement par son auteur, est malheureusement entachée de nombreuses fautes d'orthographe et d'expression. On notera aussi de nombreux flous dans l'appréhension de ces "peintures", notamment d'un point de vue quantitatif. En revanche l'iconographie est de bonne facture. 

            Exemples d'inscriptions trouvées à Ampasimaiky dans l'Isalo d'après Rasolondrainy, 2012

Image Google earth du secteur d'Ampasimaika

Vue sur une vallée du massif de l'Isalo

5 commentaires:

  1. Publication mineure pour une grande découverte !
    Ces peintures sont connues depuis longtemps et il est en effet possible que les préjugés aient contribué à passer à côté d'une découverte importante. Le problème c'est que ce jeune chercheur n'a pas sa thèse. Cela ne veut pas dire qu'il a tort mais comme vous le dites il aurait fallu ouvrrir la publication à des poids lourds de l'archéologie et amener des arguments susceptibles de valider la découverte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le journal "Studies in the African Past" est édité par des grands archéologues africains formés des universités américaines et européennes, tels que le Professeur Chantal Radimilahy (Université de Sorbonne et Uppsalla University), Professeur Felix Chami (Brown University et Uppsalla University), Gilbert Pwiti (Cambridge University et Uppsalla University). Si ces éditeurs ont accepté de publier l'article de ce jeune chercheur malgache, pourquoi aurait-t-on encore besoin d'autres "grands noms de l'archéologie" pour valider le résultat de ses recherches?

      Supprimer
  2. Est-ce que ces inscriptions ont un lien avec ceux exposées lors de "La Semaine africaine 2013 du 27 au 31 mai 2013 au Siège de l'UNESCO ?

    Effectivement, il était aussi question de peintures rupestres découvertes dans le massif du Makay... pas trop loin du pays Bara...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucun doute : le Makay fait partie de l'Ibara. On y a aussi trouvé des peintures rupestres mais elles ont été classées comme récentes.

      Supprimer
    2. Comment a-t-on daté les peintures trouvées à Ampasimaiky et à Makay? Et où est-ce qu'on peut trouver des ouvrages ou des articles concernant ces peintures et leur datation?

      Supprimer